Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Répondre à l’urgence climatique

Le Président Jean-Claude Leroy a proposé une aide d’urgence du Département du Pas-de-Calais en direction de celui de l’Aude, confronté récemment à de violents orages aux conséquences catastrophiques. Nous saluons cet élan de solidarité en soutenant bien évidemment cette initiative.

La hausse des températures, les précipitations orageuses, les inondations ne peuvent pas être sans lien avec le dérèglement climatique. L’heure n’est donc plus aux constats mais à l’action ; chacun doit prendre sa part. C’est le sens de l’engagement du Département en matière de développement durable.

Nous ne pouvons plus penser la route comme hier, concevoir les bâtiments, consommer, vivre comme hier. Si le problème est global, nous apportons des réponses locales, au plus proche des territoires et des habitants, en soutenant un modèle agricole plus respectueux, en s’engageant dans la rénovation thermique des bâtiments, en multipliant les aires de covoiturage, en préservant la biodiversité avec Eden 62…

Mais deux ans après la notification des accords de Paris, nous attendons aussi un souffle de la part du gouvernement actuel et de l’Europe. Qui peut croire qu’il y aura un avenir pour le climat sans l’Union Européenne ?

Nous ne serons donc pas du côté de ceux qui rejettent l’Europe. Mais nous ne serons pas non plus avec ceux qui ne jurent que par la globalisation libérale de l’économie, sans régulation, sans contrainte liée à l’impératif écologique.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Budget 2019 : le désengagement de l'état s'accentue

Pour 2019, les contraintes qui pèsent sur les collectivités locales restent lourdes. En arrivant au pouvoir, Emmanuel Macron avait appelé à une décentralisation forte en direction des collectivités locales. Mais force est de constater que son gouvernement recentralise comme jamais depuis les lois Deferre et Raffarin. Les contrats de maîtrise de la dépense locale en sont la preuve. En le signant, la majorité départementale a décidé de tourner le dos au principe de libre administration des collectivités locales.

L’Etat laisse penser que les collectivités seraient de mauvaises gestionnaires, alors même que la dette de l’Etat vis-à-vis des Départements sur les Allocations Individuelles de Solidarité ou les Mineurs Non Accompagnés avoisine les 11 milliards d’euros.

Il ne fait pas bon non plus d’être une commune rurale en ce moment. Après la suppression progressive de la taxe d’habitation, nous apprenons la diminution du Fonds Départemental de Péréquation de la Taxe Professionnelle qui vient en aide aux communes défavorisées. De plus, la campagne de dénonciation à l’encontre des maires sur les réseaux sociaux à travers #Balancetonmaire est insupportable. Les élus locaux, qui sont au plus près des préoccupations des habitants, méritent le respect.

Plus que jamais, le département doit continuer de réaffirmer sa solidarité avec les maires et les habitants du Pas-de-Calais.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe Communiste

Un an et demi qu’E. Macron a été élu : le ruissellement annoncé a bien été amorcé mais pas dans le sens espéré par grand nombre de Français !

Pour cause, les cadeaux aux plus riches de notre pays pleuvent : réduction progressive de la taxe d’habitation, suppression d’une partie de l’ISF, suppression de l’exit tax. L’addition est copieuse pour les 500 000 foyers les plus aisés : 3,2 milliards d’euros au titre de la transformation de l’ISF, 1,3 milliards d’euros de mise en place de la flat tax, 70 milliards d’euros de suppression de l’exit tax en 2019.

En conséquence, la France n’a jamais connu un aussi grand nombre de familles fortunées qui n’ont jamais été aussi riches, c’est indécent, honteux !

A titre de comparaison 500 familles détiennent plus que le montant total des dépenses de l’Etat.

En même temps, 9 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, 5 millions n’ont pas de travail ou subissent la précarité. C’est insupportable

Le gouvernement assume, avec une arrogance Jupitérienne, la baisse de l’APL, l’augmentation de la CSG, il musèle les départements et les collectivités locales…le prix du gaz, des carburants, du logement augmentent contrairement aux salaires !

Nous demandons : L’augmentation des dotations de l’Etat aux collectivités et la suppression du "contrat" Etat/collectivités. La revalorisation des minimas sociaux, l’augmentation des salaires. La création d’un fond européen pour le développement des services publics.

Ludovic GUYOT

Président du groupe Communiste et républicain

Groupe Rassemblement National

Calais, miroir de l’immigrationnisme fou

Les Calaisiens n’en finissent plus de payer la stupide politique migratoire voulue par nos dirigeants. A la légitime colère des premiers temps a succédé une forme de résignation à voir Calais constituer la ville-laboratoire d’un sans-frontiérisme cynique et débridé, dont le seul but est de peser à la baisse sur les salaires des employés les moins qualifiés.

Le 20 octobre, une jeune femme a ainsi été sexuellement agressée par 5 clandestins. Une victime de plus dans la longue liste des vies brisées par l’inconséquence d’Emmanuel Macron et ses sbires. Honte à eux ! Quant à ceux qui l’ont porté au pouvoir – socialistes et "marcheurs" du Département compris –, prendront-ils le temps de soutenir cette femme et de lui présenter les excuses que la plus élémentaire décence impose ? Il est malheureusement en douter…

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.